test de personnalité et recrutement
VOS TESTS
DE RECRUTEMENT

            Actualité test de recrutement
           

Actualités sur notre site ou informations pratiques sur les tests de recrutement ou de personnalité...

Vous trouverez ici de l’information utile que vous pouvez commenter.




Quels sont vos défauts ? Les meilleures réponses à donner en entretien

Par Ide Parenty | nov. 26, 2013

Si l'on préférera parler de ses qualités en entretien d'embauche, il faudra pourtant inévitablement passer par la case « défauts ». Une faiblesse, une imperfection ou un inconvénient qu'il faut choisir avec soin. 3 conseils pour les rendre présentables.

1/ Éviter les défauts « bateaux »
Perfectionniste, tenace, têtu, curieux, exigeant, réservé : autant de défauts que les recruteurs entendent régulièrement. Pas vraiment la meilleure façon de sortir du lot… Evitez de les citer et essayer plutôt de trouver leurs synonymes.
 Au lieu d’être perfectionniste, vous êtes pointilleux. Si vous êtes têtu, dites plutôt que vous êtes obstiné voir entêté. Préférez également distant ou introverti à « réservé ».

2/ Bannir l’emploi du superlatif
 Je suis trop franche, trop stricte, trop dynamique : un vrai défaut, n’est pas une qualité exacerbée. Préférez donc le défaut en lui-même et argumentez par la suite pour en faire un atout.
 Une personne trop franche est par définition spontanée. Quelqu’un de trop stricte est plutôt autoritaire. Et l’autorité traduit une certaine rigueur très appréciée dans le monde de l’entreprise.

3/ Transformer votre défaut en une force…
Faite un point sur vous même, demandez à vos proches quels sont les traits de caractère qui vous qualifient le plus. De là, essayez de trouver quelle est la force de ce défaut. Vous pouvez être surpris de voir qu’au lieu d’être une faiblesse le défaut peut être un véritable atout : il suffit d’expliquer en quoi ce défaut vous donne-t-il un avantage dans votre secteur et qu’est-ce que vous comptez faire pour l’améliorer. . Sachez que chaque qualité peut être transformée en défaut et inversement.
 Si vous êtes lent par exemple, argumentez sur le fait que vous allez toujours au fond des choses et des dossiers. Que vous prenez le temps de bien faire votre travail. A contrario, les personnes impatientes auront tendances à respecter les délais imposés et sont souvent réactives. Le temps étant précieux, elles chercheront à l’optimiser au maximum naturellement. Leurs collaborateurs leur feront plus confiance quant à l’accomplissement de leurs tâches.

4/ … mais adaptez le tout de même à votre branche d’activité
 Un bon commercial ne peut pas être timide et introverti ! Le jeu des défauts est aussi un bon moyen de faire le point sur vous et de voir si vous correspondez vraiment au poste demandé.

5/ Ne faites pas fuir vos recruteurs
 L’agressivité, le manque de rigueur, la prétention, l’étourderie, sont des défauts peu appréciés dans le monde de l’entreprise. Il est hautement conseillé de les laisser à la maison.
 Quelqu’un d’agressif peut être instable voir incontrôlable lorsque la situation dégénère. Le manque de rigueur est quant à lui, tout de suite assimilé à un manque d’implication mais aussi une incapacité à gérer ses priorités

6/ Choisissez des défauts bourrés de qualités.  Être ambitieux, audacieux, pointilleux, prudent, extraverti, hyperactif, carriériste, obstiné, spontané ou encore introverti passerait presque (et l’est d’ailleurs parfois) pour une qualité. Mais attention à la façon dont vous le présentez. Dites vos faiblesses sans utiliser de superlatifs : préférez ainsi l’utilisation du terme « spontané » à celui de « trop franche », par exemple. Par ailleurs, évitez les défauts trop bateaux (plutôt que perfectionniste, dites que vous êtes pointilleux). A bannir, enfin, les imperfections trop extrêmes : ne dites jamais que vous êtes agressif, prétentieux ou étourdi...

7/ Faites parler les autres pour vous. Comme lorsqu’il s’agit des qualités, Yves Maire de Clermont-Tonnerre, auteur de Réussir votre entretien de recrutement, conseille de faire parler les autres. En prenant toujours soin de ne pas être contre-productif (non, vous n’êtes pas prétentieux), donnez du crédit à ceux avec qui vous travaillez (c’est une qualité !) en disant : « mes collègues pensent que… je suppose qu’ils ont raison… C’est un point sur lequel je peux m’améliorer ». Mais ne concluez pas sans avoir prouvé que vous étiez capable de dépasser vos défauts : donnez un exemple, racontez, et si possible concluez, là aussi, en montrant que votre travers est aussi une qualité…

>> Entretien d'embauche : bien répondre à "Quels sont vos qualités et vos défauts"<<

3. Adapter votre défaut à votre activité. S’il n’est donc évidemment pas questions de botter en touche, lorsque l’on vous pose cette question – être conscient de ses défauts est une qualité -, tous les secteurs n’entendent pas vos faiblesses de la même manière. Certains défauts cités comme « bourrés » de qualité plus haut pourraient s’avérer être très dommageable en fonction du poste recherché. S’il faut donc se trouver un vrai défaut, choisissez aussi celui qui n’aura pas de conséquence sur la tâche à effectuer. Ainsi, un comptable pourra ne pas être à l’aise à l’oral, quand ce défaut sera plus compliqué à envisager pour un commercial…. Enfin, se poser la question de la compatibilité entre ses défauts et le poste recherché, dans le cas d’une reconversion ou d’une évolution de carrière est une réelle source de réponse…


© 2015 Sigmund Distribution Inc. All rights reserved.
TestsRecrutement.fr évalue les compétences professionnelles aujourd’hui incontournables en entreprise. Tous nos tests sont validés sur la construction scientifique des tests SIGMUND.